Vietnam : Les chats interceptés par les douanes ont finalement été massacrés


Le sort des chats importés illégalement de Chine, la semaine dernière, jusqu’au Vietnam n’aurait pu être plus cruel : les félins ont été enterrés vivants.

Jeudi dernier, un camion transportant 3 tonnes de chats illégaux, destinés à la consommation, était intercepté par les douanes vietnamiennes. De nombreuses associations s’étaient alors inquiétées du sort réservé à ces milliers de félins. En effet, la politique vietnamienne concernant les marchandises de contrebande est très claire : elles doivent être détruites. Cependant les forces de l’ordre avaient précisé que, compte tenu de la nature de la saisie, elles n’avaient pas encore pris de décision quant au devenir des animaux. Ou du moins c’est ce qu’elles voulaient nous faire croire…

UN DESTIN FUNESTE

Les craintes des associations étaient bien justifiées. On l’a appris aujourd’hui dans un communiqué du gouvernement vietnamien : les chats ont été tués quelques heures après leur découverte. Si le risque sanitaire pourrait permettre de comprendre la décision du massacre, il n’explique en rien la manière cruelle dont il s’est déroulé. En effet, les douaniers auraient enterrés les animaux, alors que certains étaient encore vivants.

« Les chats provenaient de Chine, n’avaient pas de papiers d’origine et n’avait pas subi de quarantaine » a reporté, à l’AFP, un policier vietnamien qui a souhaité conserver l’anonymat. « Plusieurs d’entre eux étaient morts, il y avait une odeur terrible et un risque de propagation de maladies », a-t-il expliqué avant d’ajouter : « par conséquent, nous les avons tués en les enterrant ».

Connue localement sous le nom de "petit tigre", la viande de chat reste très prisée des vietnamiens. © Baptiste Garçon

Connue localement sous le nom de « petit tigre », la viande de chat reste très prisée des vietnamiens. © Baptiste Garçon

UNE GRANDE INDIGNATION

À la suite de cette déclaration, de nombreuses voix se sont levées afin de témoigner leur incompréhension et leur colère. L’Asian Canine Protection Alliance a ainsi déploré « un abattage inhumain d’animaux victimes de la traite ». En France, Brigitte Bardot elle-même a envoyé une lettre au premier ministre vietnamien. Elle s’y déclare « horrifiée d’apprendre que des centaines de chats viennent d’être exterminés dans les plus effroyables conditions. » L’ancienne actrice a même demandé au gouvernement vietnamien « de faire passer en urgence une loi définitive interdisant l’importation de chats et de chiens. » Elle espère ainsi mettre un terme à la consommation de chats et de chiens au Vietnam.

 

Léo d’Imbleval

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *