Une vétérinaire tue un chat d’une flèche dans la tête


Une vétérinaire américaine a été licenciée après avoir posté sur Twitter une photo d’elle avec un chat mort, une flèche dans le crâne. Elle sera probablement poursuivie en justice pour ces faits.

Elle indique en légende qu'elle mérite le prix du meilleur vétérinaire de l'année

Elle indique en légende qu’elle mérite le prix du meilleur vétérinaire de l’année

C’est le Daily Mail qui a relaté cette histoire : Kristen Lindsey, une jeune texane vétérinaire a provoqué une avalanche de réactions et reçu quelques menaces de mort après avoir publié mercredi soir sur twitter une photo d’elle, souriante, tenant au bout d’une flèche un chat roux et blanc, mort.

Elle a posté la photo en mode « lol » sur son compte Twitter. Heureusement, la jeune femme de 31 ans, a été rapidement licenciée de la clinique pour animaux des Etats-Unis où elle exerçait la profession de vétérinaire.

Sous ce cliché, Kirsten Lindsey a ajouté une légende dans laquelle elle précise qu’elle acceptait avec plaisir le « Prix du vétérinaire de l’année » pour avoir tué celui qu’elle pensait être un animal sauvage. Une association de défense pour animaux s’est manifestée pour faire savoir que le chat, prénommé Tiger et âgé de six ans, était porté disparu depuis 3 semaines. Le chat appartiendrait en réalité à un couple de personnes âgées qui l’avaient perdu. C’est la gaffe…

Une attitude incompréhensible pour la clinique

La clinique vétérinaire Washington Animal Clinic, a confirmé que la jeune femme avait bien été renvoyée. « Nous sommes absolument atterrés, choqués, en colère et dégoûtés par ce comportement », a précisé la clinique dans un communiqué. « Nous nous sommes séparés de Mme Lindsey. Nous n’autorisons pas ce genre de comportement et nous le condamnons de la manière la plus ferme possible. »

Une Page Facebook appelée « Justice pour le chat tué par Kirsten L. » a été créée. 7000 personnes la soutiennent déjà. Une association des droits des animaux offre même 7000 dollars à toute personne qui pourra faire avancer l’enquête des autorités locales.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *