Un gorille abattu dans un zoo à cause d’un enfant 1


Un gorille a été tué par les employés du zoo de Cincinnati (Etats-Unis), après qu’un enfant s’est introduit dans son enclos.

Samedi, un enfant est entré dans l’enceinte de l’un des gorilles du zoo de Cincinnati en rampant sous une barrière. Tombé dans un fossé, il a été « accueilli » par Harambe, un gorille mâle de 17 ans et pesant près de 200 kilos.

Certains visiteurs, affolés, ont filmé la scène. On peut voir sur les images que le primate s’est tout d’abord montré curieux en découvrant l’enfant.

Puis, l’animal s’est agité, a attrapé le garçon et l’a mené plus loin dans son enclos. Etait-ce pour le protéger (comme cela a été le cas en 1986 lorsqu’un enfant tombé dans l’enclos des gorilles du zoo de Jersey au Royaume-Uni, a été protégé par Jambo, le mâle du groupe ?), ou bien était-ce par agressivité ? On ne le saura jamais.

Car dix minutes plus tard, l’équipe d’intervention sur les animaux dangereux du zoo a fait feu sur le gorille. « C’était une question de vie ou de mort », a justifié Thane Maynard, le directeur du parc zoologique. « Quand la vie d’une personne est en danger, il faut sacrifier les animaux », a-t-il ajouté.

L’équipe d’intervention sur les animaux dangereux du zoo a pris la – rapide – décision de tuer le gorille par balle plutôt que de lui administrer un tranquillisant à l’aide d’une carabine à injection car celui-ci n’aurait pas eu d’effet immédiat. Cela aurait donc été une prise de risque pour l’enfant, estime la direction du zoo.

Le garçon, sain et sauf, a été hospitalisé pour des blessures. Les défenseurs des animaux, eux, sont consternés par cet accident qui a eu pour conséquence la mort d’un animal appartenant à une espèce très menacée. Le manque de vigilance de la mère de l’enfant, et le non-respect des consignes de sécurité dans le zoo sont vivement critiqués par les internautes. « On n’amène pas ses enfants au zoo si on n’est pas capable de les surveiller ! Surtout pour voir de pauvres animaux enfermés… », « encore une fois, la faute de l’homme et c’est les animaux qui trinquent ! », peut-on lire.

Mais ce terrible fait divers remet surtout en cause, une fois de plus, l’existence-même des parcs zoologiques. Pour de nombreux défenseurs des animaux, cette tragédie prouve à nouveau que les animaux n’ont pas leur place derrière des barreaux. « La bêtise humaine dans toute sa splendeur ! Au lieu de les laisser dans leur milieu naturel ! Non faut qu’ils soient dans des enclos fermés juste pour satisfaire des curieux de voir enfermés ces pauvres animaux ! », écrit une internaute.

Ce drame n’est pas sans rappeler celui du zoo de Santiago : une semaine plus tôt, un homme de vingt ans était entré dans l’enclos des lions pour s’y suicider. Afin de le sauver, le personnel du zoo a abattu les deux fauves, et l’homme, lui, est toujours en vie.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Un gorille abattu dans un zoo à cause d’un enfant

  • Coriolan

    C’est une consternante aberration que de réagir ainsi pour un incident, si le gorille aurait voulu lui faire du mal, cela serait arrivé dès l’intrusion de l’enfant. Cette décision lamentable n’aurait jamais due être prise et des protections infranchissables devraient équiper les enclos pour éviter ces cas. La direction et le personnel en charge de ces animaux sont à licenciés sur le champ. C’est encore une perte inestimable pour ces espèces déjà rares et décimées par le déboisement et le braconnage. Décidément, quoi que fasse cette espèce prédatrice qu’est l’humain, c’est toujours au détriment des animaux, même quand l’enfer est pavé de bonnes intentions, comme la préservation dans un parc zoologique. Sauver en Afrique de son milieu naturel risqué, ils (avec les lions ou le girafon Marius), ils sont lâchement abattus, pour des motifs futiles, qui devraient être anticipés dans l’organisation interne des installations recevant des animaux et des visiteurs, notamment les mineurs. C’est une honte qui ne peut que faire enrager les défenseurs de ces pauvres victimes.