Nous dresser ? Tu peux toujours essayer…


C’est terrible cette propension qu’ont les humains à penser que nous, les chats, nous pouvons être domptés. Et puis quoi encore ? Pourquoi pas rapporter le journal pendant qu’on y est ? Il faut être bien naïf pour croire que les félins réagissent aux ordres qu’on leur donne. Les rares fois où nous daignons répondre à vos appels ce n’est jamais désintéressé : soit nous espérons ensuite que vous nous lâcherez pour le restant de l’année, soit c’est vraiment parce que vous nous faites trop pitié.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’on parle d’un chien éduqué, dressé, obéissant et d’un chat… domestiqué. Selon la définition même du Larousse, « domestiqué » se dit : « d’un animal qui vit dans l’entourage de l’homme en vue d’obtenir un service ou un agrément ». C’est clair non ?

Et là, j’entends déjà mes détracteurs déverser leur fiel : « les chats sont vraiment des parasites, des profiteurs ingrats qui ne nous apportent rien ». Mais que nenni mauvaises langues ! Mes fonctions sont multiples et même vitales : mon ronronnement, dont la fréquence se situe entre 25 et 30 hertz, relaxe et calme même les douleurs aiguës de ceux avec qui je suis en contact. Qui plus est, « je suis un esprit familier des lieux ; je juge, je préside, j’inspire toutes choses dans cet empire; Peut-être suis-je fée, ou dieu? ». Ce n’est pas moi qui le dis : c’est du pur Baudelaire !

En somme j’enchante n’importe quel intérieur de ma présence. Certes, je ne suis pas aussi distrayant qu’un chien mais ça, c’est simplement parce que je ne le souhaite pas. Je ne suis pas un singe savant qui fait des tours et des pirouettes pour faire plaisir mon maître. Je pourrais mais ça ne me tente pas… Toutefois je sais vous attendrir, et ceci est indépendant de ma volonté : je suis irrésistible par nature.

Alors comprenez bien, chers humains, qu’essayer de dresser un chat est une peine perdue. Inutile de nous agiter des friandises sous le nez ou de répéter quinze fois la même chose : nous avons très bien entendu la première fois, mais nous n’en faisons pas cas. Cela rentre par une oreille et ressort par l’autre… Cessez donc de persister. C’est un conseil que je vous donne afin que vous ne perdiez pas de temps en vaine tentatives d’apprivoisement. Ne faites pas comme ma maîtresse, avec qui j’ai définitivement baissé les pattes. Elle, espère toujours, malgré cinq années d’imperméabilité de ma part, que je lui apporterai miraculeusement, un matin, le petit-déjeuner au lit. C’est beau de rêver moi je dis…

Et si vous n’êtes pas convaincu par mon réquisitoire, voici la preuve vidéo qu’un chat, ça ne se dresse pas :

Signé : Cobain

Patte-de-chat-jpeg-06nov03

 

Moi, Cobain, je promets qu'un chat ne se dresse pas. Ceci est valable durant toute la durée de mon mandat.

Moi, Cobain, je promets qu’un chat ne se dresse pas. Ceci est valable durant toute la durée de mon mandat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *