Moi, Nala, épagneul papillon, j’ai participé au rassemblement cani-citoyen


Je m’appelle Nala, je suis une femelle épagneul papillon de bientôt 3 ans. Je suis une chienne parfaite, le genre de chien dont tout le monde rêve. Je suis une vraie petite princesse, et je n’aime pas me promener n’importe où ni fréquenter n’importe qui. Dès qu’un inconnu me renifle un peu trop, je lui fais comprendre immédiatement que ce n’est pas comme ça qu’on traite les demoiselles comme moi !

Ca c'est moi !

Ca c’est moi, Nala !

Mais dimanche, ma maîtresse a décidé de m’emmener à Paris, loin de mon quartier. Tout m’était inconnu, surtout les odeurs ! D’ailleurs, ça ne sent pas très bon là-bas. Pour arriver à l’endroit prévu, nous avons pris le métro, avec ma maîtresse. J’en ai l’habitude, elle m’y emmène régulièrement, dans mon petit sac de transport que j’adore. Bref, après un long trajet, nous voilà dehors. J’entends au loin beaucoup d’aboiements. Les chiens doivent être très nombreux, et ça commence à m’angoisser. Ma maîtresse m’annonce alors que nous allons au deuxième « rassemblement cani-citoyen » : une manifestation pour que les chiens soient mieux considérés en ville et aient davantage d’accès aux espaces verts. Je trouve l’idée plutôt sympa, il est vrai qu’il y a peu d’herbe à Paris, et ce n’est pas très pratique pour faire pipi…

Ce terme de « rassemblement cani-citoyen » résonne dans ma tête. Ce mot me dit quelque chose, je l’ai déjà entendu quelque part. Et soudain, je me souviens : j’y ai déjà participé ! C’était l’an dernier, au jardin des Tuileries. Il faisait très chaud et il y avait énormément de chiens. C’était d’ailleurs la première fois que j’en voyais autant au même moment ! Mais alors… Cela veut dire que ma maîtresse me conduit à nouveau à un évènement de ce type ?!

Effectivement, quelques mètres plus loin, je découvre sur une grande place, des centaines et des centaines de chiens avec leurs maîtres ! Quel cauchemar ! Mais qu’est-ce que je fais là ? Je tire sur ma laisse pour déguerpir rapidement. Pas question de me mêler à cette meute de chiens sauvages et bruyants !

Ma maîtresse insiste, et me tire dans le sens inverse. Me voilà au beau milieu de la foule. Les autres chiens me regardent, certains viennent me sentir. Non mais pour qui se prennent-ils ?! Je me mets à aboyer. Pas sur un chien en particulier, mais j’aboie dans le vide. A vrai dire, je suis tellement paniquée par cette situation que je ne sais comment réagir. Alors j’aboie. Bizarrement, ma maîtresse ne me gronde pas. Les autres chiens aboient aussi, après tout, alors un de plus ou un de moins…

"Une ville sans chiens est une ville sans âme" scandent les manifestants devant le Panthéon © Elisa Gorins/La Gazette animale

« Une ville sans chiens est une ville sans âme » scandent les manifestants devant le Panthéon © Elisa Gorins/La Gazette animale

Soudain, alors que ma queue est repliée entre mes pattes arrière, ma maîtresse me prend dans ses bras. Elle me montre à la foule, et je suis prise en photo. En fait, nous sommes pris en photo, car les autres maîtres font la même chose avec leurs chiens. Je ne comprends pas trop ce que je fabrique en l’air, entre un yorkshire et un jack Russel, mais ma maîtresse a l’air contente… Bon, cinq minutes plus tard, j’en ai un peu marre, alors je me débats pour redescendre.

Ma maîtresse me dit « allez, go ». Je crois enfin que nous allons repartir. Youpi ! Mais hélas, nous prenons la même direction que la meute. Je suis entourée de grands chiens, moi qui ai horreur de ça… En plus, il y a plein d’humains qui me caressent. Je sais que je suis jolie, mais ce n’est pas le moment de me tripoter, ça me stresse ! Je tire pour m’éloigner, mais ma maîtresse me rassure et m’encourage à la suivre dans la meute. Alors je serre les dents, et tout en restant sur mes gardes – car il y a un shar peï derrière moi -, j’avance… et finalement, j’y prends goût !

Alors que nous continuons cette drôle de promenade, je me détends. Je remets ma queue dans le bon sens, en panache, comme ma maîtresse l’adore. En chemin, je rencontre deux humains que je connais bien, ce sont des amis de ma maîtresse, je crois. Il y a même mon ancienne éducatrice ! Ca alors ! Je suis toute contente et m’empresse de lui faire la fête ! Ça fait longtemps qu’on ne s’était pas vue, alors je remue la queue activement !

Finalement, cette balade est plutôt cool. Il y a du monde et c’est assez bruyant, mais je crois que j’aime bien faire partie d’une meute. En plus, c’est pour la bonne cause, et je sens bien que ma maîtresse est contente d’être là. Alors au moment où elle décide de partir, je me dis que je serais bien restée un peu plus, surtout avec la copine que je viens de me faire. C’est une croisée épagneul papillon elle-aussi ! Mais qui sait ? L’année prochaine, je la reverrai peut-être. Parce que oui, dans un an, je compte bien revenir !

Nala

Et si, le temps d'un jour, la place des Grandes Hommes s'appelait la place des Grands Chiens ? © Elisa Gorins / La Gazette animale

Et si, le temps d’un jour, la place des Grandes Hommes s’appelait la place des Grands Chiens ? © Elisa Gorins / La Gazette animale

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *