Manifestation cani-citoyenne : une ville sans chiens est une ville sans âme


"Une ville sans chiens est une ville sans âme" scandent les manifestants devant le Panthéon © Elisa Gorins/La Gazette animale

« Une ville sans chiens est une ville sans âme » scandent les manifestants devant le Panthéon © Elisa Gorins/La Gazette animale

Reportage. Le deuxième rassemblement cani-citoyen a eu lieu hier, dimanche 15 juin. Pour cette deuxième édition, le cortège canin a défilé en plein cœur du 5ème arrondissement de Paris, entre le Panthéon et le jardin du Luxembourg. La Gazette animale a assisté à l’évènement.

Des aboiements, des aboiements, et encore des aboiements. A quelques centaines de mètres de la place du Panthéon, il n’y a pas de doutes : le rassemblement cani-citoyen est tout proche. Il n’y a qu’à se laisser guider par les « wouf » graves et les « waf » stridents des chiens qu’on entend au loin. Exceptionnellement peut-être, cette cacophonie canine ne semble déranger personne. Loin de se plaindre des nuisances sonores, les passants se figent, amusés, devant le spectacle qui leur ai donné.

Et si, le temps d'un jour, la place des Grandes Hommes s'appelait la place des Grands Chiens ? © Elisa Gorins / La Gazette animale

Et si, le temps d’un jour, la place des Grandes Hommes s’appelait la place des Grands Chiens ? © Elisa Gorins / La Gazette animale

Rendre aux chiens la place qu’ils méritent en ville

Sur cette célèbre place des Grands Hommes, près de 300 chiens et leurs maîtres sont réunis au profit d’une seule et même cause : défendre la place du chien en ville. Encore trop mal considérés dans la capitale, les chiens font pourtant partie intégrante de la vie citadine. Ce n’est pas pour rien si le comité OKA, à l’origine du rassemblement, a choisi pour slogan : « une ville sans chiens est une ville sans âme ». Paris a pourtant énormément de retard sur ses capitales européennes voisines qui, elles, accueillent bien volontiers le meilleur ami de l’homme dans leurs espaces verts. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

Symboliquement, la marche cani-citoyenne conduit ainsi les manifestants, escortés par la police, jusqu’au jardin du Luxembourg, l’un des seuls espaces verts autorisés aux chiens à Paris. Mais ce jardin ne leur donne accès qu’à certains endroits, et toujours tenus en laisse. Cet espace est donc bien représentatif de la problématique du chien en ville.

Près de 300 chiens étaient réunis place du Panthéon le 15 juin.

Près de 300 chiens étaient réunis place du Panthéon le 15 juin. © Elisa Gorins/La Gazette animale

Lentement, le ballet des chiens se substitue à celui des voitures. L’excitation, voire le stress initial des toutous laissent place à une véritable atmosphère combative : au pied de leurs maîtres, tous marchent avec discipline comme de vrais petits soldats. Pas de débordements, et pas de crottes laissées après leur passage. Parce qu’un chien citadin est un chien citoyen, l’objectif d’un tel évènement est aussi de sensibiliser les propriétaires de chiens à la nécessité de ramasser les déjections canines.

Sur le chemin du retour vers le Panthéon, le cortège rencontre quelques parisiens aigris. Une dame âgée, à vélo, râle : « ce n’est quand même pas des chiens qui vont m’empêcher de passer ! » Finalement, c’est bien la preuve que les humains se conduisent parfois de façon bien plus bestiale que les animaux eux-mêmes. En tout cas, en ce 15 juin, une chose est sûre : sur cette place des Grands Hommes, les chiens aussi, quelle que soit leur race ou leur taille, ont été grands.

Elisa Gorins

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *