Les nommés pour le Médor du Meilleur film animalier 2015 sont :


13233087_10154213958257320_2013248018177638691_nPour voter, cliquez ici (jusqu’au 27 mai). 

Je suis un soldat, de Laurent Larivière

Sandrine, trente ans, est obligée de retourner vivre chez sa mère à Roubaix. Sans emploi, elle accepte de travailler pour son oncle dans un chenil qui s’avère être la plaque tournante d’un trafic de chiens venus des pays de l’est. Elle acquiert rapidement autorité et respect dans ce milieu d’hommes et gagne l’argent qui manque à sa liberté. Mais parfois les bons soldats cessent d’obéir.

Belle et Sébastien, l’aventure continue de Christian Duguay

D’après l’oeuvre de Cécile Aubry : Septembre 1945. Au village, on a fêté la fin de la guerre. Sébastien a grandi, il a maintenant 10 ans. Belle et lui attendent impatiemment le retour d’Angelina… Mais Angelina ne revient pas. Elle a disparu dans un accident d’avion au cœur des forêts transalpines. Tout le village a perdu espoir. Tout le village sauf César : le grand père de Sébastien connaît un homme, Pierre, qui pourrait les aider à retrouver Angelina. Mais avant de sauver la jeune femme, l’enfant et son chien vont devoir braver mille dangers, traverser mille épreuves et affronter un secret. Un secret qui va changer la vie de Belle et de Sébastien à tout jamais. L’aventure continue…

Le dernier loup, de Jean-Jacques Annaud

Le dernier loup, de Jean-Jacques Annaud sorti le 25 février 2015, est un film d’aventure franco-chinois relatant l’amitié improbable entre un jeune étudiant de Pékin et un louveteau. C’est une adaptation du roman Le totem du loup de Jiang Rong, paru en 2004.

En 1969, un jeune étudiant de Pékin nommé Chen Zhen se rend en Mongolie pour rencontrer une tribu de bergers nomades. Lors de son séjour, il doit éduquer cette tribu, mais lui aussi va apprendre beaucoup de choses : la vie dans une contrée hostile, la responsabilité… Un jour, fasciné par la créature mystique qu’est le loup, il capture un louveteau et l’apprivoise. Caché dans un trou pour ne pas éveiller les soupçons de la tribu, tout va pour le mieux, jusqu’à ce qu’un représentant de l’autorité centrale décide d’éliminer tous les loups de la région…

Faeryland, de Magà Ettori

Ce film citoyen aux aspects de conte merveilleux nous livre une très belle morale : de la survie de l’animal dépend la survie de l’homme. Mêlant images de fiction et réalité, on va du laboratoire à l’arène, de l’élevage à l’abattoir… le réalisateur, Magà Ettori nous entraîne dans une vertigineuse logique de déchéance…

Au commencement était le Sidh, un paradis… Mais comme pour tous les paradis, il faut s’en monter digne : les dieux, par le désordre perturbateur de leurs sentiments et l’intensité de leurs querelles, en sont chassés. Ils ne sont pas les seuls. Et sur le sol de Faeryland se retrouvent pêle-mêle toutes les occurrences du vivant, où l’homme impose sa loi, la loi du plus fort, et son ordre mène au chaos, jusqu’à ce qu’un virus menace de clore définitivement toute vie. Pour assurer le salut de tous, le dieu-druide Cathbad, doit retrouver le Graal, le calice lié à la malédiction de Faeryland.… L’homme, cet être que l’on dit doué de raison, s’est trop révélé prédateur et dévastateur. Sans parler de l’inconscience qu’il manifeste vis-à-vis des générations futures, il détruit les espèces, mutile la nature et ne construit que sa propre perte.

Pour voter : cliquez ici ! 

La Cérémonie des Médor
Lundi 6 juin 2016 de 18h30 à 22h
Salle Jean Dame
17 rue Léopold Bellan
75002 Paris

> Pour réserver votre place, cliquez ici.
> Toutes les infos sur la page Facebook de l’événement.
> Contact : medor@lagazetteanimale.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *