Les chats contre-attaquent : un symbole rassurant contre le terrorisme en Belgique


Hier soir, la police fédérale belge a mené une opération antiterroriste ultra secrète… Elle a alors demandé à la population belge et aux médias de les aider en ne diffusant aucune information sur Internet et les réseaux sociaux. En réponse à cette demande, les internautes ont alors lancé le mouvement #BrusselsLockdown, en postant des photos de chats…

Salah Abdeslam, terroriste impliqué dans les attentats du 13 novembre à Paris, est aujourd’hui encore en fuite. La police belge a procédé à plusieurs interventions et interpellations hier soir, dans le plus grand secret à Bruxelles.

Connaissant l’engouement des internautes, et la rapidité à laquelle une information peut se diffuser à travers la toile, quelle qu’elle soit, la police à préféré prévenir la population de ne diffuser ni relayer aucune donnée, et à ne commenter aucune publication concernant leur intervention afin de leur laisser le champ libre et de ne pas les gêner.

La police fédérale a même posté un message sur Twitter afin de toucher un maximum de personnes :

« Par sécurité, veuillez respecter le silence radio sur les médias sociaux concernant les opérations de police en cours à . Merci »

Hier au soir, c’était donc le « silence radio » sur les réseaux sociaux.

Mais il est bien connu que les Belges sont les rois du second degré. En soutien aux forces de police et de renseignements, les internautes ont lancé un mouvement qui va très rapidement se répandre : le hashtag #BrusselsLockdown (signifie Bruxelles bloqué), accompagné de photos de chats et chatons dans toutes les positions. Le chat, animal préféré des internautes et également ce qui marche le mieux, est donc un moyen efficace de noyer dans la masse toute information concernant l’opération en cours …

Un exemple des multiples photos de chats que l'on a pu voir sur Twitter hier soir. Crédits : Twiter/Imnotalone

Un exemple des multiples photos de chats que l’on a pu voir sur Twitter hier soir. Crédits : Twiter/Imnotalone

Twitter a alors été inondé de photos de lolcats, ces petits chats qu’on retrouvent partout sur le net.

Le quotidien 20Minutes, a même réalisé une vidéo pour illustrer le mouvement.

Abu Miaou, précurseur du mouvement ?

En milieu de semaine, le site d’information parodique NordPresse, cousin belge du site LeGorafi, avait crée le personnage « Abu Miaou », un chat bardé d’explosifs qui serait l’un des responsables des attentats du 13 novembre… L’article avait alors fait le tour des réseaux sociaux, et on avait même annoncé qu’Abu Miaou avait été finalement abattu par la police !

Très vite, #BrusselsLockdown devient le deuxième sujet le plus vu et discuté sur Twitter… cela permettait de rendre services aux forces de police et en même temps de détendre et rassurer la population, qui assistait de leurs fenêtres aux interventions de la police.

Le chat, est en Belgique un symbole récurrent : On le retrouve dans beaucoup d’œuvres artistiques, et fait partie intégrante de la culture belge. On pense en effet tous aux célèbres BD de Philippe Geluck mettant en scène le Chat, un gros matou philosophe et comique à la fois.

Le célèbre chat de Geluck, dessinateur belge. Crédits : Geluck

Le célèbre chat de Geluck, dessinateur belge. Crédits : Geluck

On retrouve aussi des textes et contes écrits par Jacques Sternbreg, en l’honneur de nos fidèles compagnons.

L’amour des belges pour les chats s’est donc encore une fois vérifiée, en ce dimanche soir.

En réponse au mouvement des internautes et à leur soutien, le Centre de Crise a tenu à les remercier sur Twitter :

« Merci aux médias et citoyens pour leur collaboration au silence médiatique demandé dans le cadre des actions judiciaires. »

Aujourd’hui, la Belgique reste en Etat d’urgence, et les métros et écoles sont fermés.

Sonia Khemiri

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *