Les 10 affaires qui ont marqué la cause animale en 2014


Bien loin des succès du Front National aux élections municipales, de la réélection de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP ou bien encore de la victoire de l’Allemagne lors de la coupe du monde, l’année 2014 aura été marquée par un grand nombre d’affaires ayant fait progresser la cause animale. Petit récapitulatif au cas où vous auriez raté quelque chose.

 

1. L’AFFAIRE FARID DE LA MORLETTE

Farid de la Morlette, ou plutôt de son vrai nom Farid Ghilas, c’est ce jeune homme, originaire de Marseille, qui a publié une vidéo de très mauvais goût au début de l’année 2014. On l’y voit s’amuser à jeter un chaton le plus haut possible en l’air avant de s’esclaffer en le voyant retomber lourdement au sol. Malheureusement pour lui et heureusement pour la dignité humaine, de nombreux internautes ont été profondément choqués par les images. Ainsi 258 000 d’entres eux se sont réunis en signant une pétition pour réclamer une sentence exemplaire à l’encontre du jeune homme. Souhait exaucé puisque Farid a écopé d’une « condamnation exemplaire » selon Jean-Marc Neumann, vice-président de l’association Droit Animal, soit un an de prison ferme. Reste à espérer que la justice continue sur cette lancée même lorsque les réactions seront moins nombreuses.

 

Oscar, le chaton, s'en est sorti et a trouvé un foyer pour prendre soin de lui. © Joseph Sardin

Oscar, le chaton, s’en est sorti et a trouvé un foyer pour prendre soin de lui. © Joseph Sardin

 

2. L’EUTHANASIE DE MARIUS LE GIRAFON

L’histoire se passe au zoo de Copenhague, au Danemark. Marius était un jeune girafon qui possédait malheureusement un patrimoine génétique un peu trop proche de autres girafes élevées en captivité en Europe. Afin d’éviter tout risque de consanguinité et conformément aux consignes de l’association européenne des zoos et des aquariums (EAZA), il a donc du être euthanasié. On peut cependant reprocher au zoo d’avoir fait de sa mort une attraction puisque que le public était invité a y assister. De plus, de nombreuses propositions de ventes auraient apparemment été déclinées sans raisons valables par la direction du parc danois.

 

3. LA REOUVERTURE DU ZOO DE VINCENNES 

6 ans, il aura fallu 6 longues années de travaux pour voir l’emblématique parc de l’est-parisien rouvrir. Alors quels changements durant cette période d’absence ? Avec ses 5 grandes zones, censées représenter les différents climats, et des enclos considérablement agrandis, le zoo a fait peau neuve. Et même s’il faut maintenant un peu plus de patience pour y apercevoir les locataires, tout semble avoir été pensé pour favoriser le bien-être animal. Une nouvelle ligne de conduite qui n’a pas empêché plusieurs manifestants anti-zoo de venir, le jour de l’ouverture, essayer de convaincre les visiteurs attendant à l’entrée de rejoindre leur cause.

 

4. LE CHANGEMENT DE STATUT JURIDIQUE DES ANIMAUX

« Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens corporels. » Une phrase et tout est dit. En adoptant cet amendement, le jeudi 30 octobre 2014, l’Assemblée a permis à la cause animale de faire un grand bon en avant. A partir de cette date, les animaux ne seront plus juridiquement considérés comme de simples ‘’meubles’’ même s’ils sont toujours un bien de leur propriétaire. Cet amendement a permis de normaliser la situation des animaux à tous les niveaux juridiques. Alors qu’auparavant la sensibilité des animaux n’était reconnue qu’implicitement.

 

5. LA VIDEO DU COLLECTIF L214 SUR LE BROYAGE DES POUSSINS

De quoi vous donner des haut-le-cœur ou tout du moins, faire réagir. C’est l’impression qui reste en bouche après le visionnage de la vidéo réalisée par le collectif L214. On peut y voir des milliers de jeunes poussins mâles aspirés dans une broyeuse. Pourquoi un tel massacre ? Tout simplement parce qu’un mâle ne pond pas d’œufs. Combiné à sa stérilité, cela le rend complètement inutile pour la filière « œuf » de l’industrie agro-alimentaire qui préfère donc s’en débarrasser. Un sort funeste qui n’a pas manqué de révolter des milliers d’internautes qui se sont joints au collectif pour une pétition en plus d’une action devant la couveuse bretonne d’où sont sorties les images.

Dans l'industrie agro-alimentaire, le poussin mâle est considéré comme un déchet. © DR

Dans l’industrie agro-alimentaire, le poussin mâle est considéré comme un déchet. © DR

 

6. L’APOGEE DE LA MODE « VEGAN »

2014 aura vu se démocratiser en tant que mode de vie un petit frère du végétarisme, le véganisme. Là où leurs ainés, les végétariens, se contentaient d’écarter la chaire animale de leur alimentation, les végétaliens vont bien plus loin. Ils ont en effet décidé de bannir tous produits issus de l’exploitation animale, alimentaires ou non, de leur vie entière. Cela signifie bien évidemment pas d’œufs ou encore de fromage mais aussi dire adieu aux vêtements en cuir ou au pulls en laine si chauds tricotés par nos grands-mères. Les vegans, en anglais, préfèrent privilégier les alternatives végétales. Une façon de préserver, selon eux, les animaux comme l’environnement. Il n’est pas à oublier, en effet, que l’élevage reste une activité très polluante notamment en terme de rejets de méthane.

 

7. LA REMISE EN LIBERTE DE L’OURANG-OUTAN SANDRA

« Une personne non humaine », c’est par ses mots qu’un tribunal argentin a défini Sandra, une femelle orang-outan de 29 ans vivant au zoo de Buenos Aires, avant d’autoriser sa remise en liberté. Pour la première fois pour un animal, elle a pu bénéficier du droit d’Habeas Corpus, autrement dit le droit de ne pas être enfermé sans jugement, comme une personne normale, comme un humain. Comme un humain, il a été considéré qu’elle « aspirait à une plus grande liberté » et qu’elle avait des « sentiments ». Une affaire qui fera, à n’en pas douter, date pour tous les défenseurs de la cause animale à travers le monde. Même si Sandra a du se contenter d’un parc protégé à la place de son habitat naturel, auquel elle n’aurait pas su s’adapter.

Cette année, les animaux ont vu leur sensibilité reconnue juridiquement. © Régis Leroy

Cette année, les animaux ont vu leur sensibilité reconnue juridiquement. © Régis Leroy

 

8. LA PREMIERE LOI DE PROTECTION ANIMALE EN THAILANDE

Le 12 novembre 2014, l’assemblée nationale thaïlandaise a adopté la première loi de protection des animaux de l’histoire du pays. Les propriétaires thaïlandais d’animaux devront ainsi veiller au bien-être de leurs petits protégés. Faute de quoi, ils encourront une sanction incluant une amende pouvant aller jusqu’à 40 000 bahts (1000€) et/ou une peine de prison jusqu’à 2 ans. Les raisons invoquées par le gouvernement thaïlandais sont que les animaux sont « des êtres pourvus de sentiments et un enjeu important dans le respect de l’écologie ».

 

9. LES 80 ANS DE BRIGITTE BARDOT

Et oui ! L’année 2014 a aussi vu BB entrer dans le club des octogénaires. L’icône du cinéma français, ardente défenseuse de la cause animale, a passé le cap entouré de quelques proches dans la belle ville de Saint-Tropez. Si sa fondation a reçu un grand nombre de dons de la part de personnalités, l’actrice a su rester plus humble en demandant seulement au gens de « manger moins de viande et d’adopter un animal en refuge » comme cadeau.

 

10. L’AFFAIRE DES ANIMALERIES DU QUAI DE LA MEGISSERIE

5 animaleries, appartenant à un seul et même gérant, ont été perquisitionnés en juin 2014 dans le 1er arrondissement de Paris. Déjà dans le collimateur de la cellule anti-trafic de la SPA depuis plusieurs années, les établissements ont été reconnus coupables de contourner les règles concernant l’importation d’animaux en France. Avec l’aide de deux vétérinaires, ils falsifiaient les certificats en passant sous silence les risques sanitaires. Un petit arrangement qui leur permettait de revendre, à grands profits, des animaux provenant d’élevages d’Europe de l’Est. Malheureusement cette enquête n’a pas suffi à faire fermer les animaleries qui sont toujours ouvertes et qui continuent d’agir comme si rien ne c’était passé.

 

Léo d’Imbleval

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *