Le bœuf qui cherchait une vie meilleure


Le 21 janvier dernier, un bœuf s’est échappé d’un abattoir à New-York et a semé la panique dans les rues. Rattrapé par la police, un défenseur des animaux a négocié pour le garder.

Freddie est content de sa nouvelle vie. Crédit : Facebook

Freddie est content de sa nouvelle vie.
Crédit : Facebook

Un bœuf destiné à l’abattoir… Histoire banale. Un bœuf qui s’échappe de l’abattoir… Un peu moins banal, mais déjà vu. Un bœuf rescapé par une association et promis à une vie meilleure… Plus banal du tout !

En effet, le bœuf qui sera nommé « Freddie » par son sauveur était destiné à l’abattoir, comme beaucoup de ses confrères bovins. Mais il faut croire qu’il s’est révélé plus intelligent qu’eux, puisqu’il a miraculeusement réussi à s’échapper de celui-ci. Ne sachant où aller et ayant surement pris peur, Freddie a dévalé les rues de New-York, provoquant la surprise des passants.

Finalement, la police a réussi à capturer Freddie et il allait être remis à l’abattoir. Celle-ci a déclaré sur Twitter : « Oui, vous avez bien entendu ! Une vache en liberté dans le Queens. Tous les agents sont sains et saufs et aucun blessé n’est à déplorer. Merci pour votre patience. »

 

Tweet de la police.  Crédit : Twitter

Tweet de la police.
Crédit : Twitter

Mais c’était sans compter Mike Stura, propriétaire de Skylands Animal Sanctuary & Rescue (ferme du New-Jersey qui sauve les animaux en détresse) a négocié le sort du bœuf, le rebaptisant à ce moment-là Freddie, pour l’emmener dans sa ferme vivre des jours heureux.

Sur la page Facebook de la ferme, l’histoire de Freddie a obtenu un nombre immense de « j’aime » et beaucoup de messages de soutien. Mike Stura dans son post, rapporte les paroles de Freddie : « il m’a confié qu’il préférait de loin la ferme aux rues de la ville. »

Les histoires de vaches s’échappant de l’abattoir sont assez nombreuses et ont lieu un peu partout dans le monde. Cependant, il n’y a pas toujours de défenseurs des animaux et bien souvent, les bovins sont rattrapés par leur destin et retournent à l’abattoir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *