L’animal au japon : comme un poisson dans l’eau ?


Au Japon, les animaux domestiques sont vus comme de véritables rois. Mais qu’en est-il de la face cachée au phénomène ?

Hello Kitty, symbole du kawaii Crédit : Sanrio

Hello Kitty, symbole du kawaii
Crédit : Sanrio

En juin 2015, 30 poissons rouges ont été mangés crus par une adolescente de 17 ans. La cause ? Ses parents jugeant qu’elle s’en occupait mal, ont versé du détergent dans leur aquarium et l’ont forcée à manger. Maltraitance envers les enfants certes, mais aussi envers les animaux !

L’archipel nippon, connu pour sa tendance « kawaii » (mignon en français) est un véritable paradoxe. D’un côté, un véritable culte voué aux animaux, notamment aux chiens et chats qui sont chouchoutés, habillés, toilettés, teints en rose… De l’autre, des maltraitances atroces.

Le « pet business »

Au paradis de l’animal de compagnie, de nombreuses personnes préfèrent dorloter une petite boule de poils plutôt que d’avoir un enfant. Depuis une vingtaine d’années, le nombre d’adoption n’a pas cessé d’augmenter : en 2010, Shukan

Chat sushi Crédit : Nekozushi

Chat sushi
Crédit : Nekozushi

Toyo Keizai, hebdomadaire économique, déclarait qu’il avait doublé et atteignait 22,3 millions d’adoptions. Sachant que le budget peut monter jusqu’à l’équivalent de 900€ par mois, un marché appelé le « pet business » s’est développé. Vente d’animaux, mais aussi accessoires, toilettage, massages, salons de beauté, assurance santé… ce marché est tellement juteux que même la mafia nipponne s’y est intéressée.

Certaines entreprises permettent et encouragent même de venir travailler avec son chien ou son chat, pour créer un environnement de travail stimulant.

Le Japon, véritable jardin d’Eden pour les animaux alors ?

Pas tant que ça… Dans de nombreux pays asiatiques également, nos amis n’ont pas un sort à envier. Consommateurs de viande de chiens et de chats, la croyance populaire veut que les sévices infligés à ces animaux soient longs et barbares car la montée d’adrénaline que cette souffrance impose rendrait la viande plus tendre, plus juteuse et

Hayao Miyazaki, un ami des animaux ! Crédit : Studios Ghibli

Hayao Miyazaki, un ami des animaux !
Crédit : Studios Ghibli

même… plus aphrodisiaque ! Certains d’entre eux sont vendus vivants (enfin, agonisant, dirait-on plutôt) sur les

marchés. Dans les refuges, les animaux abandonnés sont gazés sans scrupules, encore ici dans des conditions horribles. Suite à un effet de mode passé, lorsque l’animal n’est plus assez mignon ou qu’il est devenu trop âgé, il est abandonné. Dans les animaleries, c’est pareil, direction la fourrière où ils ne sont gardés que 7 jours tout au plus.

Pour les défenseurs japonais des animaux, c’est un vrai calvaire de voir autant de souffrance tout autour d’eux sans pouvoir arrêter le massacre… Il ne faut cependant pas oublier qu’il n’y a pas que dans les pays asiatiques où l’attitude envers l’animal est paradoxale : dans le monde entier les choses ne sont pas souvent roses pour nos amis à quatre pattes.

Aurélie Delvar

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *