Un lamantin meurt noyé au zoo de Vincennes : un simple accident ?


lamantin

Le lamantin est un mammifère marin qui a besoin de reprendre sa respiration à la surface. – Crédit : DR

Drame au Parc zoologique de Paris, plus communément appelé « zoo de Vincennes ». Barry, un lamantin de trois ans, est mort le 11 août dernier un mois seulement après son arrivée. Accidentellement resté bloqué entre deux parties du bassin, le mammifère marin n’aurait pas pu reprendre sa respiration à la surface, ce qui l’aurait tué par asphyxie. Comment une telle tragédie a-t-elle pu avoir lieu ?

Pendant plus d’une semaine, les visiteurs du Parc zoologique de Paris se sont étonnés de l’absence du compagnon de Tinus le lamantin. Présent dans son bassin depuis six mois, l’animal avait en effet été rejoint le 5 juillet dernier par Barry, un lamantin de trois ans originaire du zoo d’Odense au Danemark. Pour cette espèce de nature sociable, partager son habitat avec un congénère était plutôt une bonne nouvelle. Mais hélas, la cohabitation n’aura pas duré longtemps. Car le 11 août, soit un peu plus d’un mois après son arrivée, Barry a été retrouvé mort. Noyé.

La première réaction est de se demander comment un animal marin peut mourir noyé. Dans un communiqué de presse paru le 19 août, le Parc zoologique de Paris explique : « En fin d’après-midi, peu de temps après son dernier nourrissage, Barry n’a plus été visible dans son bassin et les recherches sous-marines entreprises immédiatement ont mis en évidence son passage dans une cavité technique, normalement inaccessible aux animaux car clos par une porte. Cette cavité se situe entre les deux parties du bassin, sous une zone de faible profondeur permettant l’entrainement médical des animaux. Resté coincé, le mammifère marin n’a pas pu remonter à la surface pour reprendre sa respiration. » Sur sa page Facebook, le Parc précise que le lamantin, qui est dépourvu de branchies, doit pouvoir reprendre sa respiration à la surface toutes les dix minutes.

Des questions qui dérangent

Cependant, plusieurs questions se posent. Premièrement, si le lamantin est véritablement resté coincé dans une cavité utilisée pour les soins des animaux, comment se fait-il que cette cavité ne leur permette pas de remonter à la surface ? Car si un lamantin a besoin de s’oxygéner toutes les dix minutes, il faut bien qu’il ait accès à l’air libre même lorsqu’il est soigné…

Deuxièmement, si les recherches sous-marines ont réellement été entreprises « immédiatement », pourquoi n’ont-elles pas permis à Barry d’être ramené à la surface et d’être sauvé ?

Troisièmement, qu’est-ce qui explique que Barry soit passé de l’autre côté de la porte de la « cavité technique » qui est normalement close et « inaccessible aux animaux » ? L’ouverture de cette porte est-elle due à une erreur humaine ? Le lamantin l’a-t-il défoncée ? Y avait-il un défaut dans la construction du bassin ?

Plusieurs hypothèses s’envisagent. Si pour certains, il ne s’agit d’un accident – comme il s’en produit aussi dans la nature – pour d’autres, la mort de Barry est due à une faute (voire une succession de fautes) d’origine humaine. Par exemple, des soigneurs saisonniers n’ont peut-être pas correctement fermé la fameuse porte de la cavité, puis, en proie à la panique, ils n’ont peut-être pas réagi « immédiatement » comme le prétend le communiqué, lorsque Barry n’a plus été visible. Ce qui a pu retarder son sauvetage et le laisser périr. Mais ce ne sont là que des suppositions.

Toutefois, une chose est sûre : Barry est mort le 11 août. Le communiqué officiel est paru le 19. Si le Parc a attendu huit jours avant d’informer le public de cette funeste nouvelle – et ce, tandis que des milliers de touristes se sont demandés pendant une semaine pourquoi il manquait un lamantin dans le bassin – c’est bien qu’il y avait une gêne, un embarras

Pour l’heure, « une analyse fine et précise des causes de l’accident est en cours », selon le communiqué du Parc. Cette enquête « nécessitera du temps en raison de l’environnement sous-marin et de la complexité de ces installations. Cependant, des mesures ont été prises immédiatement pour condamner l’accès à cette zone et empêcher tout incident avec les autres animaux, lamantins et poissons ».

Le bassin des lamantins se situe dans la serre du Parc zoologique, et constitue un double volume de plus de 630 m3. Ses installations ont été déclarées conformes aux normes imposées par le plan d’élevage européen (EEP) de l’EAZA, un organisme qui gère les programmes de conservation des espèces des zoos européens. Cet EEP gère d’ailleurs une trentaine de lamantins dans les zoos et aquariums d’Europe, et prévoit d’ores et déjà d’apporter un nouveau compagnon à Tinus avant la fin de l’année.

Elisa Gorins

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *