La famille Trump, ennemie des animaux 3


Deux des trois fils de Donald Trump, candidat aux élections présidentielles américaines, sont depuis quelques années adeptes du braconnage d’espèces sauvages voire en voie de disparition.

Eric et Donald Trump Junior, posant fièrement avec leur nouveau trophée... Crédit : Hunting Legends

Eric et Donald Trump Junior, posant fièrement avec leur nouveau trophée…
Crédit : Hunting Legends

Une histoire qui laisse indifférent

Eric et Donald Trump Junior ont un passe-temps un peu particulier : ils aiment partir en Afrique faire des safaris… Pour tuer des animaux sauvages ! Cependant, cela ne semble pas vraiment choquer les américains, mis à part quelques-uns soutenant la cause animale comme la chanteuse Miley Cyrus qui a annoncé qu’elle partirait des Etats-Unis si Donald Trump devenait président…

Après les scandales de Cecil le lion en 2015 ou de l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos féru de chasse à l’éléphant, qui avaient amené à des excuses publiques, cette fois-ci personne ne semble s’inquiéter du hobby des deux milliardaires. Comme le rapporte Sud Ouest : « pas sûr que ça défrise l’Américain moyen du middle west, pro armes à feu et pas vraiment concerné par ce qui se passe à l’autre bout de la planète. En fait, pas sûr que ça change quoi que ce soit dans la campagne à l’investiture républicaine aux Etats-Unis. »

Une pétition a tout de même été lancée et jouit d’un nombre déjà conséquent de signatures. Mais le père justifie l’attitude de ses fils en invoquant le deuxième amendement des Etats-Unis, qui autorise le port d’arme à feu. Il déclare : « Mes fils aiment chasser. Ils sont membres de la NRA (la National rifle association, qui promeut les armes à feu aux Etats-Unis, ndlr), très fièrement. Je suis un grand croyant dans le deuxième amendement. » En revanche, cet amendement est fait pour se protéger et ne rend en aucun cas possible de tuer nombre d’animaux sauvages comme des alligators, des léopards ou encore des antilopes… Sur les réseaux sociaux, leur album photo de « trophées » est affiché orgueilleusement…

Une justice qui ferme les yeux

Cecil le lion Crédit : Wikicommons

Cecil le lion
Crédit : Wikicommons

Mais bien souvent malheureusement, la justice africaine préfère fermer les yeux, comme ça a été le cas avec l’histoire du lion Cecil en 2015. La famille Trump justifie ses actes en clamant qu’en tuant des individus d’espèces sauvages, cela les préservait et faisait vivre les populations locales, puisque ce passe-temps a un coût plutôt élevé et bénéficie du soutien non-officiel de certains Etats africains. En réalité, les sommes données par les riches chasseurs seraient réinvesties pour la préservation et la conservation de la faune. Les petits braconniers sont donc punis alors que les riches chasseurs n’ont pas vraiment de problèmes. Il faut dire que ce business est plutôt lucratif : le tarif pouvant varier de 10 000 à 50 000$ pour tuer un lion…

Un fléau pour la faune sauvage

Ce passe-temps de riches occidentaux est un véritable fléau, notamment pour le « Big five » qui regroupe les cinq animaux les plus typiquement africains soit le lion, le rhinocéros, l’éléphant, le léopard et le buffle. Ces animaux sont ceux que les chasseurs rêvent de tuer pour montrer leur talent, tuer chacun de ces cinq animaux est considéré comme un exploit…

Le buffle fait partie du "Big five". Crédit : TrophyCruelty

Le buffle fait partie du « Big five ».
Crédit : TrophyCruelty

Ce qui peut avoir des répercussions bien moins plaisantes que les Trump voudraient nous faire croire : une réaction en chaîne peut surgir. En tuant par exemple un lion mâle dominant, ce sont les jeunes lionceaux qui en pâtissent comme l’explique Léo Grasset, biologiste, dans son livre Le coup de la girafe : « Un lion peut monopoliser la reproduction de cinq ou six femelles. Il existe un remplacement permanent des mâles car les jeunes viennent constamment affronter les vieux pour pouvoir se reproduire (…) Cependant, les femelles ne sont pas réceptives sexuellement tant qu’elles doivent s’occuper de leurs petits et c’est pourquoi dès qu’un jeune mâle arrive à évincer un mâle d’un groupe, il tue tous les lionceaux dont il n’est pas le père. »


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “La famille Trump, ennemie des animaux