La chasse à l’ours en Floride a tourné au massacre


Ce qui devait être une « simple » chasse à l’ours noir, espèce vivant principalement en Amérique du Nord, a rapidement tourné au massacre collectif…

Très peu relaté par la presse, ce fait s’est déroulé le 24 octobre dernier, en Floride. La Florida Fish and Wildlife, (société de conservation de la nature sauvage de Floride) a autorisé la chasse à l’ours noir pendant une semaine, après une interdiction de cette dernière datant de plus de 20 ans…

L’espèce de l’ours noir étant en pleine expansion, la société avait autorisé un « prélèvement » (qui consiste en fait à l’abattage) de 320 ours, sur une population qui en compte environ 3100 en Floride. Un nombre incroyable de chasseurs (près de 3800) ont répondu à cet appel. Et en à peine 24h, sur une chasse qui devait durer une semaine entière, 307 bêtes avaient déjà été abattues.

De plus, la Florida Fish and Wildlife avait précisé aux chasseurs que les oursons, les femelles qui allaitent et les ours de moins de 50 kilos ne devaient être tués. Mais au bout du compte, ce sont 38 femelles qui allaitaient encore leurs petits qui ont été abattues. Résultat, des centaines de petits oursons non sevrés voués à une mort lente et certaine, car leur mère n’as pas eu le temps de leur apprendre à survivre.

En quelques jours, ce sont près de 10% des ours de l’Etat qui ont été tués par les chasseurs. Ceux-ci n’ont pas hésité à arborer avec fierté leurs trophée sur les réseaux sociaux, parfois dépecés ou vidés de leurs organes internes.

Devant la colère des associations de défense des animaux, la chasse a été interrompue.

307 ours, dont 38 femelles allaitant encre leurs petits, ont été abattus en une seule journée. Crédits : Chris Norcott

307 ours, dont 38 femelles allaitant encre leurs petits, ont été abattus en une seule journée. Crédits : Chris Norcott

Mais pourquoi fallait-il tuer ses ours ?

Il s’agissait officiellement de réguler la population d’ours noirs, qui s’agrandissait. Cela faisait 3 ans que la Floride avait supprimé l’ours noir de la liste de ses espèces protégées. Cette espèce était en pleine expansion, à tel point que la société Florida Fish and Wildlife avait déjà autorisé les chasseurs à tuer 275 ours l’un d’un premier « ^prélèvement », fin juin.

Près de 20 ans que la chasse à l’ours noir était bannie et une seule journée a suffi pour se souvenir pourquoi elle devait absolument le rester… Cela attriste fortement les défenseurs des animaux d’avoir du passer par là pour le comprendre.

Une pétition en ligne a même été créée afin de réclamer l’interdiction définitive de la chasse à l’ours noir.

Sonia Khemiri

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *