Grizzly, l’engagement de Disney pour les animaux


grizzly

CINEMA. Grizzly sort en salles ce mercredi 5 novembre. Ce documentaire animalier produit par Disneynature retrace le parcours de Sky, une femelle ours grizzly et de ses deux petits à travers les plaines glacées de l’Alaska.

Immersion au beau milieu de paysages époustouflants dont l’immensité donne à l’homme l’inévitable sensation d’être minuscule. Dans Grizzly, l’être humain n’est effectivement plus grand-chose face à cette Nature si imposante. En Alaska, tout n’est que sauvage. Seules certaines espèces parviennent à survivre dans ce milieu hostile. L’ours grizzly est l’une d’entre elles. En suivant le quotidien de Sky et de ses deux oursons, Amber et Scout, durant leur première année de vie, entrez dans l’univers méconnu de cet animal brun qui fascine petits et grands.

Il a fallu deux ans aux réalisateurs Alastair Fothergill et Keith Scholey ainsi qu’à leurs équipes pour mener à bien leur tournage au sein du parc national de Katmai en Alaska. Une expérience qui n’a pas toujours été facile en raison des mauvaises conditions météorologiques. Néanmoins, le résultat en vaut la peine : malgré la pluie, le vent, et les températures glaciales, la caméra ne tremble jamais. Elle ne faillit jamais. Et ce, pour le plus grand plaisir des spectateurs qui auront la sensation de se trouver auprès des ours.

Walt Disney voulait des documentaires animaliers

On reconnaît bien là la patte experte d’Alastair Fothergill et de Keith Scholey, à qui l’on doit également Félin (2011) et Chimpanzés (2012). Comme ces deux films qui l’ont précédé, Grizzly s’inscrit dans une certaine logique voulue par Disneynature.

En effet, Walt Disney en personne disait que « la nature écrit les plus belles des histoires ». Dans les années 1940, le « papa de Mickey » décide alors de « produire une série de documentaires animaliers portant sur la beauté mais aussi la fragilité de la nature », explique Antonella Giallombardo, ambassadrice 2013-2014 de Disneyland Paris. Et c’est en Alaska que Walt Disney ira tourner les premières images de son court-métrage L’Île aux Phoques.

En 2008, lorsque Jean-François Camilleri crée le label Disneynature, il reprend donc cette tradition initiée par Walt Disney 60 ans plus tôt, avec pour mission de raconter « des histoires passionnantes et divertissantes, tout en sensibilisant à la prévention de l’environnement ». Et comme L’Île aux Phoques en 1948, Grizzly a de nouveau pour cadre l’Alaska.

The Walt Disney Company s’engage en faveur des animaux

« Au fil des années, The Walt Disney Company a tenu à perpétuer cet attachement à la nature », déclare Antonella Giallombardo. Concrètement, cela s’est traduit par la création d’un parc à Walt Disney World Resort, en Floride, Disney’s Animal Kingdom, qui allie les attraits d’un parc d’attractions Disney à celui d’un zoo respectueux de la faune.

De plus, The Walt Disney Company a mis en place le Disney Worldwide Conservation Fund, « une association qui vise à protéger la planète tout en éduquant les enfants sur les actions qui peuvent sauver l’écosystème », décrit Antonella Giallombardo. D’ailleurs, l’argent récolté lors de la sortie en salle de Grizzly aux Etats-Unis a été reversé à la National Park Foundation par le biais du Disney Woldwide Conservation Fund.

dwcf

Elisa Gorins

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *