En Vendée, un maire veut créer un élevage de crocodiles pour redynamiser l’emploi


Crocodile Farm au Mexique

Crocodile Farm au Mexique

Le maire UMP de Fontenay-Le-Comte (Vendée) a annoncé lundi la mise en place d’un chantier d’insertion qui serait lié à la création d’un élevage de reptiles. Un projet qui fait débat.

Comment lutter contre le chômage ? La réponse à cette vaste question, c’est Jean-Michel Lalère qui l’a trouvée. Comme une évidence. A voir son enthousiasme, on se demande pourquoi personne n’avait eu cet « éclair de génie » plus tôt.

Elu en mars dernier, Jean-Michel Lalère est le nouveau maire UMP de Fontenay-Le-Comte, petite commune vendéenne abritant 15 000 habitants. Afin de redynamiser l’emploi, M. Lalère a annoncé lundi dernier la mise en place d’un chantier d’insertion… farfelu. A première vue, son projet n’a rien de très original puisqu’il consiste en la récupération de ressources naturelles : « Nous voulons mettre en service une chaudière électrogène, alimentée par du bois, et qui pourrait chauffer des bassins de pisciculture (…) On pourrait revendre l’électricité à ERDF », a expliqué Julien Le Vayer, directeur du cabinet du maire, au Figaro. Soit. Là où le concept se complique, c’est que ces bassins auraient la fonction d’accueillir… des reptiles.

Un élevage à sacs en peau de crocodile ?

Une question se pose donc : pourquoi des reptiles ? Quelle en est l’utilité ? Selon Julien Le Vayer, l’idée à terme serait d’« établir un partenariat avec un zoo ou travailler avec une entreprise de luxe qui confectionne des sacs à main par exemple ».

Et c’est là qu’on mesure l’absurdité d’une telle proposition : créer un partenariat avec un zoo, pourquoi pas ? Si cela peut aider à la conservation d’espèces menacées, les intentions de la municipalité sont louables. Mais comment oser évoquer en même temps la possibilité de « travailler avec une entreprise de luxe qui confectionne des sacs à main » ?

Ce qui est frappant dans la formulation du directeur du cabinet du maire, c’est la manière dont il parle d’un projet sans y avoir réfléchi au préalable. Proposer deux idées antinomiques dans la même phrase (d’une part, travailler avec un zoo pour aider à la survie de certaines espèces, et d’autre part, s’associer à des entreprises de luxe pour tuer en masse des crocodiles qu’on aurait élevés) est grotesque. Que cherche donc le maire ? A se rendre utile pour les citoyens et les crocodiles ? Ou bien à s’enrichir sur le dos de ces derniers ? Car, aussi insolite soit la proposition du maire, ce n’est pas de l’idée d’élever des crocodiles dont il faut se moquer, mais bien de la réponse à la question « pourquoi en élever ? ».

Cette annonce a aussitôt fait polémique chez les défenseurs des animaux, mais aussi, et de manière plus générale, chez tous les habitants de Fontenay-Le-Comte. Dans un communiqué, le maire a alors déclaré que le projet n’avait reçu « aucune validation par les élus, les services de la Ville et l’ensemble des éventuels partenaires » (Vendée Expansion et Vendée Energie). Et alors que l’opposition municipale s’esclaffe de cette idée aux airs de blague, son initiateur assure quant à lui que son projet ne se concrétisera qu’« après étude de l’impact et de la faisabilité, non produites à ce jour ».

Elisa Gorins

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *