Deux lionceaux abandonnés sur le parking du Parc des Félins


Mardi 24 mars, les employés du Parc des Félins, situé à moins d’une heure de Paris, ont fait une drôle de découverte : sur le parking se trouvait une cage exigüe recouverte d’une bâche en plastique noire et contenant… deux lionceaux. Retour sur une affaire qui a marqué l’Île-de-France.

Découverts sur le parking du Parc des Félins, ces deux lionceaux étaient enfermés dans une petite cage. - Crédits : Parc des Félins

Découverts sur le parking du Parc des Félins, ces deux lionceaux étaient enfermés dans une petite cage. – Crédits : Parc des Félins

Décidément, les histoires de fauves se suivent mais ne se ressemblent pas en Seine-et-Marne. Après celle d’un mystérieux « tigre » en liberté aperçu non loin de Disneyland – et qui n’était en fait qu’un chat sauvage -, voici un autre fait divers qui ne manque pas de défrayer la chronique. Et pour cause : la découverte de deux lionceaux abandonnés sur son lieu de travail n’est pas vraiment un fait banal. Ceci dit, nous sommes au Parc des Félins de Nesles. Sur le parking, exactement, lorsque les employés ont trouvé ces deux bébés lions apeurés en allant travailler.

De la même manière que de mauvais propriétaires abandonnent leur chien ou leur chat devant les portes des refuges, c’est certainement un homme – qui n’avait pas pensé que des lions ne sont pas des chats – qui a abandonné ces deux animaux sur le parking du Parc.

Âgés de 5 à 7 mois, les deux fauves mesurent déjà 1 mètre de long, ont des griffes et des dents. Peut-être que leur propriétaire s’est donc finalement rendu compte qu’ils étaient un peu trop « encombrants » voire même un peu trop dangereux… Eh non, un lion n’est pas un animal de compagnie : il ne ronronne pas en se frottant autour des jambes de son maître…

 Sauvés par le Parc des Félins

Aussi scandaleuse soit cette histoire, il faut tout de même avouer que le lieu de l’abandon est plutôt bien choisi. Les deux lionceaux n’auraient en effet pas pu mieux tomber que dans un parc destiné à la préservation des félins. Pris en charge par le personnel du Parc, ils sont désormais entre de bonnes mains. 

Le Parc des Félins a fait savoir sur son site Internet que ses équipes avaient « immédiatement placé ces deux jeunes mâles dans des locaux de quarantaine du parc en attendant d’en savoir plus sur leurs origines » et suggère que « ces animaux proviennent de personnes les ayant détendu en toute illégalité », probablement d’un trafic. Le parc a d’ailleurs porté plainte auprès de la gendarmerie, et une enquête est en cours.

Le patrimoine génétique des deux lionceaux permettra de déterminer leur lieu d'hébergement définitif. - Crédits : Parc des Félins

Le patrimoine génétique des deux lionceaux permettra de déterminer leur lieu d’hébergement définitif. – Crédits : Parc des Félins

Actuellement, les lionceaux subissent des examens afin de connaître leur état de santé, savoir s’ils sont pucés, et identifier leur patrimoine génétique. Ce dernier est effectivement indispensable car il permettra d’évaluer la sous-espèce à laquelle ces deux lionceaux appartiennent. En fonction de celle-ci, et dans le cadre des programmes d’élevages européens (EEP) – dont font partie tous les pensionnaires du Parc des Félins – deux solutions se présenteront : soit ils resteront au Parc des Félins dans un enclos qui leur sera dédié, soit ils seront transférés dans un autre parc et assimilés à un clan où se trouvent des jeunes de leur âge.

Toutefois, cette mission ne sera pas des plus simples car les lionceaux sont déjà très « imprégnés » par l’homme, ce qui rend difficile leur intégration dans un clan de lions déjà formé. Mais le Parc des Félins, qui prend pour l’instant soin d’eux, se veut optimiste : « Nous préparons déjà leur futur, pour que dans leur infortune, ces deux lionceaux puissent couler des jours paisibles, bien loin d’une petite cage exigüe ». 

Elisa Gorins

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *