« Caca & Cabot », le magazine allemand qui déteste les chiens


Caca-et-cabot

« Caca et Cabot », c’est ainsi que l’on pourrait traduire en français le nom du magazine allemand « Kot & Köter ». Un magazine pas comme les autres puisque celui-ci a la particularité de s’affirmer anti-chiens.

La ligne éditoriale du magazine Kot & Köter est unique en son genre : elle est destinée à tous ceux qui détestent les chiens. Alors que les amoureux des toutous disposent, en Allemagne, d’une douzaine de magazines spécialisés qui leur sont consacrés (beaucoup plus qu’en France !), la gente anti-canine, elle, n’avait aucun choix de lecture.

Mais ça, c’était avant. Avant Wulf Beleites. Ce journaliste de 67 ans a lancé une opération de crowfunding afin de lancer le magazine Kot & Köter. Les 7 000 euros récoltés grâce aux internautes lui ont permis de mener son projet à bien, jusqu’à la sortie, en avril dernier, du premier numéro. 2 000 exemplaires écoulés plus tard, le deuxième numéro est paru en septembre. Un succès auquel Wulf Beleites ne s’attendait pas.

L’aventure de journalistes fauchés

En effet, l’aventure de Kot & Köter a commencé en 1992 à Hambourg : Wulf Beleites et ses confrères étaient alors en train de boire un verre lorsqu’ils se sont amusés à évoquer les pires idées de magazines possibles. C’est après avoir évoqué l’idée de Kot & Köter que Wulf Beleites s’est décidé à déposer ce nom pour en faire une marque. Dans les années qui ont suivi, plusieurs journalistes ont cru au potentiel d’un tel magazine. Mais l’enthousiasme a commencé à s’essouffler dès 1998.

Quinze ans plus tard, en 2013, Wulf Beleites discute avec ses amis journalistes fauchés. Puisqu’ils n’ont plus rien à perdre, ils décident ensemble de ranimer la publication. Et là, bingo !

Alors que contient ce magazine aussi insolite que perturbant ? Des poèmes sur les crottes dans les parcs, des critiques gastronomiques fictives de restaurants pour chiens, mais aussi une rubrique très provoquante visant à donner des conseils tels que « comment bien abandonner son chien : nous avons testé les meilleures aires d’autoroute ». Un humour noir qui est loin de plaire aux défenseurs des animaux…

Elisa Gorins

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *